DIAGNOSTIC

 
Un appareil de recherche de pannes électroniques pour toutes les voitures récentes équipées de ces systèmes ainsi Un personnel qualifié pour l’usage de ces nouvelles technologies effectuera la recherche de panne dans les plus bref délais, et réalise également l’entretien de ces véhicules.

Les grands principes des systèmes, en se rappelant qu'un mécanicien ne fabrique pas, ne conçoit pas, mais règle le réglable, répare le réparable, échange le défectueux (Les opérations de maintenance que nous connaissons sont simples : régler, réparer, échanger).

Toutes les technologies si "nouvelles" présentées en automobile aujourd'hui (comme le multiplexage, par exemple), sont déjà exploitée depuis fort longtemps dans le domaine de l'électronique générale. Il n'est peut-être pas inutile de relire ce qui a été fait en ce domaine pour y puiser toutes les informations nécessaires.

Des outils simples, de base, permettent de contrôler ces systèmes :

- Le multimètre, outil indispensable, et qui devrait être aussi parfaitement maîtrisé qu'une clé de 13 aujourd'hui, pour mesurer des circuits électriques (contrôle des chutes de tensions, préférentiellement, et des résistances).

- La boîte de décade (réseaux de résistances) qui peut se substituer aux capteurs résistifs et permet ainsi de valider leur défectuosité ou celle du faisceau électrique.

- Le générateur de fonction, qui permet "d'injecter" un signal et d'en suivre le cheminement (une technique utilisée depuis fort longtemps dans le domaine de l'électronique).

- L'oscilloscope (de base) qui permet de "lire" les signaux et d'en détecter les anomalies. Il n'y a pas si longtemps, l'analyse de l'allumage se faisait ainsi et il est surprenant de constater qu'il n'est est plus ainsi aujourd'hui... Pourtant, il y a bien encore des bougies, des bobines, des faisceaux...

Je ne nie pas que des appareils "lourds" soient nécessaires, largement diffusés aujourd'hui, comme l'analyseur de gaz, dont l'utilisation peut révéler l'état du système de dépollution de manière très complète (c'est ce qui est fait, d'ailleurs, dans les centres de contrôle technique aujourd'hui).

Il ne faut pas oublier que la majeure partie des dysfonctionnement rencontrés aujourd'hui sont au niveau des connexions, dont la qualité, hélas encore, n'a pas suivi l'évolution des signaux qui les parcourent.


Copyright (c) 2008 - 2010
 
Designed By... WEB 2 COM