PNEU

Les pneus jouent un rôle primordial sur la tenue de route et la sécurité.

Seul point de contact avec le sol, la tenue de route de votre véhicule dépend de leur état. C'est pour cela qu'il existe un seuil d’usure à ne pas dépasser.

Un pneu dont la profondeur de la sculpture est à 1.6 mm (limite légale) a perdu 95% de son adhérence. Si tel est le cas pour votre voiture, vous risquez alors l’aquaplaning et vos distances de freinage deviennent plus importantes.

Des pneus dégonflés représentent également un danger pour votre sécurité au volant et sont aussi synonymes d’une usure prématurée et d'une augmentation de votre consommation de carburant.

Il est donc conseillé de vérifier régulièrement l’état de vos pneus.

1) EQUILIBRAGE :
Une roue équilibrée est une roue dont :
La masse est uniformément répartie autour de l'axe de rotation.
Le centre de gravité se trouve au centre de l'axe de rotation.
Une roue déséquilibrée :
Lorsque l'on monte un pneu neuf sur une roue cela nuit naturellement à son équilibre pour les raisons suivantes :
- Excentricité des pneumatiques.
- Décentrage radial ou latéral de la jante.
- Position de la valve.

opérations : l'équilibrage statique (oscillations verticales) et l'équilibrage dynamique (oscillations horizontales).

L'équilibre statique se règle en plaçant des masselottes d'équilibrage à l'extérieur de la jante à l'opposé de la masse déséquilibrante.

L'équilibre dynamique se règle en plaçant d'autres masses à l'intérieur de la jante.
Pour cela, les professionnels disposent d'appareils sophistiqués qui indiquent précisément le poids à appliquer et le point de déséquilibre maximum.

L'équilibrage est nécessaire pour supprimer les effets d'un balourd de l'ensemble tournant qui peut créer des vibrations.

Ne pas équilibrer, c'est s'exposer à :
- Une usure prématurée des organes de suspension, de direction, des roulements des cardans, des pneumatiques ..
- Un inconfort de conduite à cause des vibrations.
On peut ne pas ressentir les vibrations au volant, même si elles existent et qu'elles sont filtrées par le véhicule, d'où l'importance de l'équilibrage de toutes les roues. 

Les machines à équilibrer modernes peuvent compenser parfaitement les balourds de l'ensemble tournant et permettent un roulage confortable en l'absence de vibrations.
Pour cette raison, il est conseillé d'équilibrer les roues à chaque remplacement de pneus ou permutation.

Pour obtenir un équilibrage parfait, il convient de fixer la roue sur l'équilibreuse avec un plateau approprié qui évite tout excentrage par rapport à la fixation de la roue sur la voiture.

2) LA GEOMETRIE:
La géométrie de suspension désigne l'ensemble des caractéristiques de contact de la roue d'un véhicule avec le sol ainsi que la manière dont la suspension travaille. C'est-à-dire que cela définit aussi les limitations des axes de libertés de la suspension.

Le terme de géométrie a été échangé, à tort, par le terme parallélisme, un raccourci dû au fait que, bien souvent, le parallélisme est le seul réglage modifiable sur une automobile.

La géométrie a une influence non négligeable sur le comportement du véhicule. Tout le travail d'un concepteur de véhicule est d'étudier cette géométrie, de sorte à apporter un comportement optimal en terme de tenue de route, de résistance et de confort pour les véhicules de série.

Le meilleur exemple pour développer La géométrie de suspension est la suspension de type double triangulation. En effet, elle propose le plus grand choix de réglages de la géométrie possible ; on peut aisément transposer les différentes caractéristique de la géométrie aux autres types de suspension.

Le contrôle de la géométrie :
S'assurer du parallélisme, du réglage de votre train avant ou de la géométrie de l'ensemble de vos roues, peut s'effectuer après un choc, même minime, (comme une montée de trottoir un peu rude)et fait partie des contrôles indispensables à la suite de chocs plus violents.

Les défauts de parallélisme, ou de géométrie en général entraînent des problèmes de tenue de route, de freinage, et/ou de surconsommation. Ces différents problèmes peuvent ne pas vous apparaître, mais provoquerons rapidement une usure anormale de vos pneumatiques, qui ,elle, est facilement décelable. Aussi un contrôle et un réglage de votre géométrie, opération rapide, peut améliorer votre sécurité et éviter une usure prématurée de vos pneus.


3) LE PARALLELISME:

On appelle « parallélisme » la différence d’écartement entre l’avant et l’arrière des roues d’un même essieu. Il est mesuré sur les rebords des jantes, à hauteur du centre des roues. 
Le parallélisme compense les effets du carrossage qui, sur route plane, déforme le pneu en le faisant rouler sur un cône.

 Pour compenser l’effet du carrossage qui tend à faire diverger les roues et afin d’éviter le ripage des pneus au sol, il faut faire converger les roues. D’ailleurs, l’axe de prolongement des pivots ne correspond pas toujours avec le centre de la surface de contact du pneu au sol, il se trouve légèrement à l’intérieur par rapport au pneu.

Si les roues arrières sont poussées (propulsion) elles tendent à diverger. Par contre, si les roues motrices sont à l’avant (traction), elles tendent à converger.

De plus, pour compenser le jeu de l’ensemble des pièces élastiques des organes de liaison aux roues, on fera converger les roues avant d’une propulsion par du « pincement » et diverger les roues avant d’une traction par de « l’ouverture ». Cependant, les nouvelles technologies tendent à faire varier ces données sur certains véhicule en raison de la conception des trains roulants et du couple moteur.

L’interaction des différents angles entre eux rend difficile l’interprétation de l’origine de l’anomalie. Les réglages des trains roulants sont de plus en plus précis et il est nécessaire d’utiliser un appareillage de contrôle électronique et bien entretenu.

 

 

  
Copyright (c) 2008 - 2010
 
Designed By... WEB 2 COM